ANTHROPOLOGIE
International Journal of Human Diversity and Evolution
 
Coverage: 1923-1941 (Vols. I-XIX) & 1962-2018 (Vols. 1-56)
ISSN 0323-1119 (Print)
ISSN 2570-9127 (Online)
News:
Vol. 57, issue 2/2019 is in preparation.

World Archaeological Congres 9
 

 
 
 
 
 
 
 
SCImago Journal & Country Rank
 
 
Full text of article
'Schmitt A, Saliba-Serre B, 2014: Paramètres biologiques et organisation spatiale de l'ensemble funéraire Néolithique moyen de Poncharaud 2 (Auvergne, France) [Biological parameters and spatial organisation of the Middle Neolithic funerary assemblage of Poncharaud 2 (Auvergne, France)]. Anthropologie (Brno) 52, 2: 153-169'.
 
Abstract
The funerary assemblage of Poncharaud 2 (Puy-de-Dôme, France) includes at least 56 graves containing 68 individuals. From the 14C dates, this funerary occupation is situated in the second half of the 5th millennium BC. The individual inhumation is the most frequent funerary mode. However, some deceased shared the same burials. It was suggested that the concentrations of burials had a social signification. The lack of archaeological published data encourages us to test this hypothesis by correlating the biological information collected on the skeletons. We studied the relation between the spatial organisation (by tomb or group of tombs) and the biological affinities between individuals. The less frequent non-metric traits were projected on the necropolis plan. Agglomerative Hierarchical Clustering analyses using Ward's method were performed on a dissimilarity matrix for the non metric cranial and dental features. Sex and age are not related to the concentration of tombs. However, part of the buried population was selected by the age: children are largely under-represented. The analysis from the discrete traits shows that the biological affinity has contributed to the gathering of some individuals in the same burial. On the contrary, any biological affinities based on non metric variations explain the gathering of tombs but does not exclude it. The seven individuals constituting the septuple inhumation range in the variation of the whole series. The spatial organisation of this funerary place deserves further studies based on the sanitary state or occupational indicators.
 
Keywords
Middle Neolithic - Spatial organisation - Non-metric traits - Mortuary practices - Septuple burial
 
Resume
L'ensemble funéraire de Pontcharaud 2 (Puy-de-Dôme, France) est composé de 56 structures ? inhumation ayant livré 68 individus. Les datations radiométriques situent cette occupation entre 4400 et 4000 av. J.-C. Le mode sépulcral majoritaire est l'inhumation individuelle en fosse (dont certaines sont probablement aménagées). Quelques défunts ont été rassemblés de façon successive ou simultanée dans la m?me tombe. Il a été suggéré que les concentrations de sépultures au sein du site avaient une signification sociale. L'absence de publication détaillée des données archéologiques ne permet pas de tester cette hypoth?se autrement que par l'analyse des données biologiques de la série ostéologique. Nous avons donc étudié si ces rassemblements (par tombe ou groupe de tombes) étaient liés, au moins en partie, au sexe, ? l'âge et/ou ? une proximité biologique que nous avons évaluée par l'observation des variations anatomiques non-métriques crâniennes et dentaires. Nous avons réalisé des classifications ascendantes hiérarchiques (CAH) avec indice d'agrégation de Ward ? partir de matrices de dissimilarités afin de confronter ce classement biologique des individus avec la répartition spatiale des groupes archéologiques. Nous avons également projeté sur le plan de la nécropole les caract?res discrets rares. Il n'y a pas de regroupement de tombes selon le sexe ou l'âge des individus. Mais une sélection en fonction de l'âge a été mise en évidence, les enfants sont sous-représentés ? l'échelle de la nécropole. L'étude des caract?res discrets rares indique que la proximité biologique a contribué au rassemblement des défunts au sein de certaines tombes plurielles. La comparaison des classes obtenues par l'analyse statistique avec la répartition des groupes de sépultures définis spatialement ne met pas en évidence de concentrations liées ? la proximité biologique mais ne l'exclut pas. Par ailleurs, les sujets du dépôt septuple s'inscrivent dans la variabilité biologique de l'ensemble de la série. L'organisation spatiale doit donc faire l'objet de recherches complémentaires ? partir d'autres données biologiques telles que les marqueurs d'activités.
 
Motscles
Néolithique moyen - Organisation spatiale - Caractères discrets - Pratiques mortuaires - Inhumation septuple
 
 
 
 

 Full text (PDF)

 Export citation

 Related articles